Sacha devant les francos
south

Un été musical grâce aux Festivals en roue libre

Cet été, partez en roue libre à la rencontre les festivals de Charente-Maritime !

Si l’été est connu de tous comme la période de l’année où l’on sort (enfin) le short, perfectionne son bronzage (de cycliste) et sirote des mojitos en terrasse, c’est aussi la saison des festivals. Mélomanes avertis ou en quête de souvenirs inoubliables, on vous invite à enfourchez votre vélo pour rejoindre Sacha, Lucas, Chloé et Corentin sur La Vélodyssée. ☀️🌿


Pour commencer, laissez-nous nous présenter : nous sommes quatre copains, Lucas, Chloé, Sacha et moi-même, Corentin. Jeunes afficionados de voyages à vélo et épicuriens avant tout. Nous proposons nos humbles récits d’aventures depuis 2021, dans l’idée de partager d’éventuels bons plans et parcours, et qu’à votre tour, vous puissiez profiter des innombrables bienfaits d’escapades à bicyclette. Cela étant dit, cap sur la Charente-Maritime !


Une fois la côte vendéenne derrière nous, quelques coups de pédale et 40km suffisent pour rejoindre le port de la Rochelle. L’arrivée par le canal de Rompsay, boisée et rafraichissante, nous prépare à la douceur des soirées qui nous attendent. Jamais très loin des bateaux, nous profitons des larges terrasses pour se restaurer et faire le debrief de cette belle journée : le café matinal à la Tranche sur Mer, la traversée du marais Poitevin, la pause ravito à Marans et finalement les retrouvailles avec les embruns de l’atlantique. Mais le meilleur reste à venir. Car si nous sommes arrivés, un soir de juillet, à La Rochelle, c’est avant tout pour profiter des nombreuses scènes installées un peu partout en ville, symboles d’un évènement bien connu des locaux : les Francofolies de La Rochelle sont de retour. Un rassemblement éclectique d’artistes francophones, devenu depuis longtemps une référence dans le paysage culturel français. Créé en 1985 à La Rochelle et marqué par une identité singulière et une ligne éditoriale forte, ce sont chaque année des dizaines d’artistes en provenance de pays et d’univers musicaux différents qui nous font l’honneur de leur présence. Surpris par le temps, nous nous empressons de régler nos consommations au barman, lui promettons de repasser demain et rentrons à notre hébergement, labelisé Accueil Vélo bien sûr. Lucas, malgré la réservation anticipée de Chloé de la salle de bain, insiste pour prendre sa douche en premier. Pas de chance pour lui l’eau met du temps à chauffer et c’est une finalement d’une douche express et visiblement très froide qu’il aura gagnée. Il sort grelotant et râleur, alors que Chloé, Sacha et moi sommes pliés de rire. Lucas ayant essuyé les plâtres, nous profitons alors d’une douche chaude à notre convenance. Puis, las de porter à longueur de journée, des habits techniques au doux parfum de nos efforts, nous profitons de l’occasion pour sortir nos plus belles chemises – on n’en n’a qu’une chacun.


Après s’être tous les trois préparés pour la soirée, nous reprenons nos vélos pour rejoindre le festival. Parce que ce qu’on n’a pas encore dit, et c’est bien la raison de notre retour en Charente-Maritime cet été, c’est que l’opération « Festivals en roue libre » fête sa deuxième édition en 2022. L’idée de cette opération est à la fois simple et ambitieuse, et plus contemporaine que jamais : valoriser une sélection de 7 festivals musicaux grâce à la micro-aventure à vélo. Une idée brillante et durable qui s’appuie sur un réseau d’itinéraires cyclables départementaux et nationaux dont fait partie La Vélodyssée. Nous étions venus passer une semaine chez les parents de Lucas en juillet dernier, non loin de Saintes. Nous avions alors profité du festival de Saintes, dans une abbaye incroyable du XIème siècle, lieu hors de temps pour écouter de la musique. Ayant prévu cette année de suivre La Vélodyssée pour rejoindre des amis dans les Landes, notre chemin croisait de nouveau le festival rochelais et nous faisait découvrir le Stéréoparc de Rochefort.


Une fois arrivés aux abords de la scène principale des Francos, située juste aux bords de la mer, les cheveux encore ébouriffés du trajet, nous attachons nos vélos aux nombreux stationnements dédiés, parfaits pour arriver et repartir des Francos sur deux roues et en toute sécurité. Une fois nos fidèles acolytes à l’abris, il est temps pour nous de rejoindre la foule déjà nombreuse et sensiblement impatiente de l’arrivée des premiers artistes. La soirée passe très vite et quand on finit par sortir, nous réalisons, à nos fronts perlés et nos larges sourires que le divertissement était, une fois de plus, au rendez-vous. Nous profitons des terrasses animées pour faire perdurer le plaisir et rentrons tard, à en juger la lune haute dans le ciel, seule source de lumière éclairant encore les ruelles de la Ville Blanche.


Nous profitons encore deux jours de La Rochelle, de ses musées et de sa longue liste de restaurants, avant de reprendre la route pour faire étape à Rochefort, où le Stéréoparc fait déjà des heureux. L’architecture soignée et homogène de la ville nous rappelle inévitablement l’ambiance dépeinte par Jacques Demy dans son film Les demoiselles de Rochefort, devenu culte quand nos grands-parents avaient notre âge. Après avoir récupéré notre logement, une charmante chambre d’hôtes, par un accueil chaleureux des propriétaires, nous allons faire un tour sur le petit port de Rochefort, ouvert sur le fleuve Charente qui connecte la ville à l’océan. L’étape de la journée était plus courte qu’à notre habitude mais agréablement rythmée par les carrelets et les plages de sable fin. Malgré les pistes aux revêtements de qualité, Sacha a crevé à la sortie de Châtelaillon. Son pneu datait de l’année dernière, nous a-t-il expliqué, et pendant qu’il réparait sa monture, Lucas et moi en avons profité pour prendre quelques photos du Fort Boyard tout en s’imaginant courir à la recherche des désormais célèbres clés qu’il abrite…


Le soir venu, nous avons rejoint l’impressionnante Corderie Royale et son immense pelouse, parsemée de transats colorés, prisés des festivaliers et convoités des retardataires. Avant de rejoindre le festival, les propriétaires de la chambre d’hôtes nous ont proposé de prendre un plaid pour pique-niquer dans l’herbe en attendant le début des concerts. Nous avons trouvé l’idée brillante et accepté avec plaisir. Alors que nous finissons notre repas, les premières notes électroniques viennent transformer ce lieu unique chargé d’histoire. La soirée est marquée par une succession d’artistes talentueux nous invitant, chacun leur tour, à découvrir des univers électro envoutants et souvent très personnels, parfois presque intimes. Nous avons sympathisé avec un couple de cyclistes qui dansait à côté de nous, visiblement férus de musique électronique. Originaires d’Angoulême, ils remontaient d’Arcachon et avaient décidé, d’une rapide concertation, de faire escale au Stéréoparc avant de rentrer à la maison par La Flow Vélo, autre itinéraire traversant la Charente-Maritime. Une fois le festival terminé, nous nous sommes racontés nos pires anecdotes de voyages, accompagnés de quelques bières et d’une température estivale des plus agréables. Malgré les bonnes discussions et les rires joyeux, Lucas et moi commençons à fatiguer. Nous proposons de rentrer car un long chemin nous attend le lendemain. Nous avons rendez-vous le soir à Talais, un petit village près de Soulac-sur-Mer où l’oncle et la tante de Chloé se sont proposés pour nous héberger. Une fois chez nous, c’est sur la pointe des pieds que nous finissons de rejoindre la chambre, avant de s’endormir sous les cris des festivaliers que le double vitrage transforme en simples murmures.


Cet interlude estival sur la côte Charentaise, ponctuée de notes musicales et d’heureuses rencontres, nous a ravivé, jusqu’à l’année prochaine au moins, le goût des aventures à vélo et entre amis. Nous pensons déjà revenir en novembre pour découvrir le FIFAV, un festival qui a clairement tout pour nous séduire – c’est le Festival International du Film et du Livre d’Aventure, vous comprenez donc pourquoi. De jolis noms à l’affiche, une ambiance qui vous incite à la découverte du Monde comme de l’autre, autant de valeurs et de passions qui nous caractérisent. A bientôt donc pour de nouvelles aventures ! 👋